L’implication des sportifs dans le monde politique

Nombreux sont les sportifs qui se lancent dans une reconversion toute tracée comme entraîneur, consultant ou même commentateur. Seulement, depuis deux décennies, on remarque que certains anciens athlètes se tournent vers un autre monde, la politique.

 Des grands champions autrefois souverains dans leur discipline tentent maintenant leurs chances dans ce milieu avec plus ou moins de succès. Pelé, Guy Drut, David Douillet, Yannick Noah, Bernard Laporte ou encore plus récemment Tony Estanguet veulent tous apporter une pierre à l’édifice. Ces nouveaux ‘’sporiticiens’’ sont des soutiens de poids et occupent une place prépondérante dans le paysage politique français .

On le sait tous, la médiatisation n’a pas que des bons côtés et peut créer des polémiques, cependant cela peut avoir du bon même du très bon. L’aspect positif principal réside dans l’image de marque que le sportif véhicule. Ils sont souvent très appréciés par la population et ça, l’Angleterre l’avait déjà bien assimilé en 2012 à l’heure d’accueillir les J.O d’été. Le gouvernement londonien a innové en utilisant une toute autre stratégie. Celle-ci est simple, mettre les sportifs sur le devant de la scène et les placer au cœur du projet afin d’y jouer un véritable rôle opérationnel et promotionnel. Les politiques quant à eux ont été mis en retrait. Il est important de remarquer que les ‘’J.O sont avant tout une affaire d’athlètes’’ expliquait Jean-François Lamour, champion d’escrime français et très populaire au Royaume-Uni.

L’équipe de Paris 2024 : de gauche à droite, Denis Masseglia,Tony Estanguet, Anne Hidalgo, Teddy Riner, Bernard Lapasset/Photo DR

La France, et plus précisément Paris a copié ce modèle. Ainsi, pour défendre sa candidature, pas moins de 24 athlètes ont œuvré pour Paris 2024, entre autres Teddy Riner etTony Estanguet. L’électoraliste l’a bien compris, s’afficher avec un sportif est une énorme plus valu. Il symbolise des valeurs importantes aux yeux de la population : dépassement de soi, goût pour la victoire, abnégation…

De plus en plus, ils utilisent leur notoriété et la confiance que la population leur accorde pour se crédibiliser. Cette pratique n’est pas nouvelle, elle a simplement été mise au goût du jour. Guy Drut, Bernard Laporte ou encore David Douillet en sont des parfaits exemples. Ils ont eu des grandes carrières en tant que sportifs de renommée mondiale et tous ont occupé une place essentielle dans les mandats des différents présidents au pouvoir, en tant que Ministre de la Jeunesse et des Sports ou de Secrétaire d’État au Sport.

Ces qualités que les sportifs possèdent sont donc méticuleusement recherchées et utilisées par les politiques pour être au mieux représentés. S’afficher aux côtés d’un sportif bonifie naturellement l’image du politicien. Il est plus facile pour eux de faire passer leur message ou leurs opinions à travers l’athlète. Plus qu’une simple tête d’affiche d’un projet politique, certains l’incarnent. Georges Weah, ancien attaquant vedette du Paris-Saint-Germain dans les années 1995 a été élu en janvier Président de la République du Libéria.

George Weah et sa femme lors de son élection à la tête de la République du Libéria / Crédit photo : Radio FM Kenya

Il est toutefois important de ne pas instrumentaliser le sportif. Lilian Thuram avait refusé un poste de « Ministre de la Diversité » en 2007 sous le mandat de Nicolas Sarkozy, suite à de nombreuses divergences d’opinion. Des sujets sensibles qui les opposaient tels que l’immigration, la banalisation du discours du FN ou la tenue d’un discours à caractère raciste aux yeux de l’ancien défenseur de l’équipe de France. S’afficher aux côtés d’un sportif doit être un acte fondé sur une base idéologique commune. Finalement, existe-t-il vraiment des politiques capables de refuser le soutien d’un sportif adulé par toute une nation ?

EnregistrerEnregistrer

Une réponse sur “L’implication des sportifs dans le monde politique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *